Organisations Internationales

ACTEURS. Aussi appelées « institutions internationales » ou « organisations intergouvernementales », elles sont variées et divergent dans leurs organisations, compétences, objectifs et actions. Chacune est spécialisée dans un domaine d’intervention.

Qu’est-ce qu’une organisation internationale (OI) ?

Les organisations internationales sont définies par la Commission du Droit International comme "associations d'États, constituées par traités, dotées d'une constitution et d'organes communs et possédant une personnalité juridique distincte de celles des États membres", selon « L'essentiel du droit international public et du droit des relations internationales » (C. Roche, Gualino éditeur, 2003).

Certaines de ces institutions internationales exercent des fonctions de solidarité. En plus de leurs activités propres, leurs actions peuvent aussi venir en soutien à des activités d'associations/ONG, le plus souvent en leur attribuant des fonds, mais aussi parfois en leur déléguant certaines missions.

À noter : ces institutions ne sont pas « non gouvernementales » mais « intergouvernementales », et sont donc soumises aux intérêts des États membres et à leur politique de relations internationales. Les décisions sont majoritairement prises par la voie du consensus, ce qui peut affaiblir leur portée. Beaucoup d'institutions internationales sont des agences de l'ONU.


Domaines d'intervention

Développement agricole, éducation, environnement, sécurité, etc. : leurs domaines d’intervention sont variés.

Les institutions internationales agissent dans tous les pays du monde, mais majoritairement dans les pays en développement. Elles mènent ou soutiennent principalement des actions de développement, mais certaines d'entre elles ont des fonds spéciaux qu'elles peuvent débloquer rapidement en cas de crises ou catastrophes majeures (comme par exemple le service de l’Union Européenne : ECHO « l’aide humanitaire et à la protection civile »).


La question de l'emploi 

Entamer une carrière dans les Organisations Internationales n’est pas facile mais les organisations proposent différentes pistes de première expérience rémunérée : fellowships, volontariats des Nations Unies (VNU), Jeunes Experts Associés auprès des Nations Unies (JEA)...

Les organisations internationales recrutent pour la plupart des experts, c’est-à-dire des individus ayant un niveau master spécialisé sur des thématiques particulières, comme par exemple, juridique, environnement, politique. Il importe également d’avoir à son actif des expériences professionnelles préalables, par exemple en ONG ou dans le secteur privé.

Il existe deux modalités de recrutement au sein des organisations internationales : le recrutement par concours et celui sur dossier.

Pour passer un concours de la fonction publique internationale, il faut :

  • être ressortissant de l’un des États membres de l’organisation internationale dont on présente le concours
  • posséder le niveau d’études requis pour le concours présenté
  • avoir une expérience professionnelle de deux ans minimum (souvent exigée)
  • maîtriser en plus de sa langue maternelle, une langue officielle de l’organisation (pour les concours linguistiques, il faut maîtriser deux autres langues étrangères).

Il y a aussi un âge limite, de 32 ou 35 ans suivant les catégories de concours. Des dérogations sont toutefois accordées selon certaines conditions.

Plus d’informations sur les statuts, les concours, les évolutions de carrière, etc. sur le site du Ministère des affaires étrangères et du développement international : pages « Les jeunes en OI : emplois et stages » et « Travailler dans les Organisations Internationales »


Quelques exemples

En savoir plus


A lire
  • « Guide des acteurs de la Solidarité Internationale », Ritimo, 2013.

Cet article a été écrit en collaboration avec l'Institut Bioforce

L’Institut Bioforce est l'école humanitaire de référence pour ceux qui souhaitent agir au plus près des populations vulnérables. Il accompagne depuis plus de 30 ans les acteurs engagés dans l’humanitaire et le développement : chaque année, plus de 2500 personnes concrétisent leur engagement avec Bioforce.

Découvrez les autres acteurs de la solidarité