Social, médico-social

DOMAINES. En solidarité, cette action mobilise des travailleurs sociaux et médico-sociaux (éducateurs, médecins, conseillers en économie…), dont l’objectif est d’améliorer les conditions de vie des personnes et de les amener vers davantage d’autonomie.

Contexte 

Qu’est-ce que le médico-social ? Le terme médico-social est relatif à la médecine sociale, c’est-à-dire qui tient compte du contexte social et des conditions sanitaires d’une population.

Qu’est-ce que le social ? Le domaine du social regroupe l’ensemble des actions relevant de l'amélioration des conditions de vie d’une société. D’après le dictionnaire Larousse, il englobe les « métiers, organismes, activités s'intéressant soit aux rapports entre les individus, les groupes dans la société, soit aux conditions économiques, psychologiques des membres de la société ». On trouve souvent, sous le terme de « social », des activités en rapport avec l’exclusion, l’insertion ou la réinsertion, l'enfance et la famille.

Pour quel public ? Les principaux publics cibles sont les enfants, les jeunes en difficulté, les personnes âgées, les détenus et anciens détenus, les familles, les personnes exclues de la société pour des raisons culturelles, financières, médicales, etc.

Des exemples concrets ?

L’association les Petits Frères des Pauvres mène des actions d’accueil et d’animations collectives auprès de personnes âgées, de migrants ou encore de personnes gravement malades. De nombreuses associations s’engagent dans ce domaine mais également des bénévoles individuels.  « Le rapport des Français à la vieillesse » mené par BVA (Institut d'études de marché et d'opinion) pour les Petits Frères des Pauvres montre que 48% des Français pourraient consacrer au moins une heure par semaine à une personne âgée dans le cadre d’une activité bénévole.

Au sein de l’association Médecins du Monde, les assistants sociaux reçoivent et proposent un suivi individuel aux personnes cumulant des difficultés sociales (précarité, absence d’hébergement) et sanitaires ou de vulnérabilité spécifique (personnes malades, avec un handicap, femmes enceintes, familles avec enfants, personnes âgées, mineurs isolés). Ils vont notamment examiner leur situation vis-à-vis de la couverture maladie, afin de leur permettre d’accéder le plus rapidement possible à une protection leur permettant un accès aux soins dans le droit commun.


Evolution 

De nombreuses avancées sociales se sont développées dans les années 1930 : les congés payés, la semaine de 40h, le droit syndical, les allocations familiales. L’engagement de l’Etat s’accentue ensuite dans les années 1950, pour faire face à l’accroissement de la pauvreté en France. C’est une période où de nombreuses associations sont créées.

Le 30 juin 1975, deux lois sont adoptées relatives aux institutions sociales et médico-sociales (Loi 75-535 et Loi 75-534). Le site du gouvernement Vie-Publique mentionne que la première « réglemente les conditions de création, de financement, de formation et de statut du personnel des établissements et services du secteur. » Et la deuxième loi est orientée en faveur des personnes handicapées.

Par la suite, la loi du 2 janvier 2002 (n° 2002-2 ) vient rénover la loi du 30 Juin 1975. Cette loi replace l’usager au cœur des dispositifs sociaux et médico-sociaux avec la mise en place obligatoire du projet d'établissement. Cette loi-cadre prend également en compte les nouvelles modalités de prise en charges des personnes et permet aux structures de faire évoluer leurs financements en introduisant des contrats d’objectifs et de moyens. 

Depuis la « crise des banlieues » de 2005, la politique sociale de l’Etat se modifie profondément : institution du Haut-Commissariat à la Jeunesse et aux Solidarités actives en 2007, création du RSA en 2009, etc. [Source tirée du livre : « Rénover l’action sociale et médico-sociale. Histoires d’une refondation », J.-F. Bauduret, M. Jaeger (Dunod, 2002)]


Acteurs 

Les actions sociales et médico-sociales sont mises en œuvre par une multitude d’acteurs : associations, institutions sociales et médico-sociales, maisons des jeunes et de la culture (MJC), services pénitentiaires socio-éducatifs, centres sociaux, Etat, collectivités territoriales, établissements publics, organismes de sécurité sociale.

Quelques exemples : Médecins du MondePetits frères des PauvresSamu Social-Croix rouge françaisecentres sociaux


Métiers 

Le travail social peut évidemment passer par les métiers dits du social, mais aussi par les sports et les arts. On trouve trois grands domaines d’action : l’aide et le conseil, l’animation et l’éducation, et le développement local.

En solidarité, tous les métiers de ce secteur sont recherchés. Les diplômes d’État menant aux métiers du travail social sont délivrés dans le cadre d’écoles publiques ou privées mais agréées par l’État. Du BEP à Bac +5, il existe des formations à tous les niveaux.

Quelques exemples : Animateur socio-culturel, Assistant de service social, infirmier, éducateur

En savoir plus sur les formations et métiers dans la rubrique "En faire mon métier".

Cet article a été écrit en collaboration avec Médecins du Monde

Médecins du Monde, association médicale militante de solidarité internationale, s’engage à soigner les populations les plus vulnérables ici et là-bas, à témoigner des entraves constatées quant à l’accès aux soins, à obtenir des améliorations durables des politiques de santé pour tous.

EN SAVOIR PLUS

Découvrez les autres domaines de la solidarité